ecommerce

Et si le e-commerce n’était pas l’avenir du commerçant ?

Si plus aucun commerçant ne doute de l’intérêt, voir de la nécessité d’intégrer les solutions web à son plan d’action, l’e-commerce est-il forcément une solution au développement du CA des commerçants?
La digitalisation de l’offre commerciale est-elle réaliste pour tous les commerçants ? Est-elle forcément une source de revenu complémentaire ? Au final, un projet e-commerce est-il souhaitable pour un commerçant “Brick & Mortar”?

Considérer qu’il suffit de faire l’acquisition d’une solution e-commerce, fût elle “adaptée” aux commerçants, de publier quelques photos et d’attendre les premières commandes est évidemment un peu court.
Un projet de vente en ligne est un projet d’entreprise à part entière. A ce titre il doit être traité de la même manière que votre projet de création de votre commerce physique.
En gros, il vous faut analyser le marché, définir une stratégie marketing, définir votre gamme de produits, disposer de moyens et d’une organisation. Pourquoi en serait-il autrement pour un projet de vente en ligne?

A ce titre si en tant que commerçant vous souhaitez démarrer un nouveau projet, pourquoi pas. C’est légitime et parfaitement excitant. Par contre, je ne pense pas qu’il faille considérer ce nouveau projet comme une branche naturelle de votre projet initial. Si l’idée est de redynamiser votre commerce, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne méthode. Au contraire, si vous ne disposez pas des ressources financières et humaines nécessaires à ce type de projet, vous aller affaiblir votre commerce et non le développer. En ce sens, un projet de vente en ligne n’est pas le prolongement naturel d’un commerce physique. Il est même probable qu’il vous éloigne de votre objectif premier.
D’ailleurs quelle est votre objectif premier? Développer la marge et le chiffre d’affaires de votre commerce, bien évidemment. Pour cela il vous faut communiquer de manière à assurer un trafic dans votre point de vente. Vos équipes sauront transformer les visiteurs en acheteurs, puis en acheteurs fidèles. Définitivement un projet de vente en ligne n’est pas de nature à favoriser l’atteinte de cet objectif.

Mais qu’en est-il d’un site avec e-réservation? Un site sur lequel les clients vont pouvoir réserver gratuitement les produits souhaités, puis les chercher dans le commerce concerné. Pour le coup, cette solution allie la force du web au commerce physique. Le web est là au service du commerce physique. Il permet aux consommateurs de préparer leurs achats en ligne et aux commerçants de générer du trafic qualifié dans leur boutique.

Cette solution ne présente pas les inconvénients liés à un site marchand, ni les inconvénients liés à un site “click & collect” (achats fermes) où la gestion des stocks devient rapidement très complexe. C’est une solution souple qui ne nécessite que peu d’investissement et génère en retour des visites qualifiés. De plus, les études montrent que 80% des produits réservés sont achetés.
Et si en plus, au lieu d’un projet isolé, le projet “e-réservation” devenait un projet de l’Union Commerciale, on en voit assez facilement les bénéfices que les commerçants concernés pourraient en tirer.
Là ou l’internaute était à un clic de votre concurrent, il est à un clic de votre boutique physique.

Et si l’avenir du e-commerce passait par le commerce physique?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *